Le Trouble anxiété sociale (TAS) en abrégé, consiste en une peur excessive d’une ou de plusieurs situations sociales.              Les situations les plus souvent en cause sont :

  • la peur de parler ou de performer en public
  • la peur de participer à des réunions de groupe
  • la peur de faire de nouvelles connaissances
  • de manger en public,
  • d’utiliser des toilettes publiques,
  • d’être en désaccord avec autrui ou de parler à quelqu’un en autorité.

Confrontées à ces situations, les personnes souffrant d’un TAS craignent d’être mal jugées parce que leur performance laisse à désirer ou simplement parce qu’elles paraissent anxieuses. Ces personnes évitent les situations sociales redoutées où manifestent une intense anxiété si elles y font face.                                                                                                                      Elles présentent alors de nombreux symptômes physiologiques :

  • palpitations,
  • tremblements,
  • transpiration,
  • tension musculaire,
  • douleur à la poitrine,
  • gorge sèche,
  • sensations de chaud et de froid
  • maux de tête.

Ces symptômes sont parfois suffisamment intenses pour prendre la forme d’une attaque de panique. Le TAS est plus fréquent chez les femmes que chez les hommes dans une proportion d’environ deux pour un. Il débute généralement entre 11 et 15 ans et s’il n’est pas traité, il évolue de façon chronique sans véritable rémission spontanée.                                                                  Le Trouble anxiété sociale est une maladie qui cause beaucoup de souffrance.                                                                          Même s’ils cachent généralement leur maladie parce qu’ils en ont honte, les patients atteints du TAS sont souffrants, au même titre que ceux affligés d’un autre trouble anxieux.                                                                                                                             Les êtres humains sont naturellement grégaires, et c’est souvent un supplice quotidien pour un anxieux social, que de devoir se retrouver constamment avec d’autres personnes, surtout lorsque celles-ci sont rassemblées dans un groupe.

Le Trouble anxiété sociale est une maladie incapacitante. Les comportements d’évitement si fréquents dans cette maladie, engendrent presque toujours chez ceux qui en sont atteints, des limitations plus ou moins sévères tant dans les relations sociales relevant de leur vie personnelle que dans celles reliées au travail. Même lorsqu’elles n’évitent pas, ces personnes ont plus de difficulté que d’autres à établir des relations d’amitié, parce qu’elles sont souvent mal à l’aise avec leur entourage, ce qui les empêche d’être naturelles et chaleureuses comme elles le désireraient, et comme elles le seraient peut-être si, elles ne souffraient pas de cette maladie.                                                                                                                                                        LES CRITÈRES DIAGNOSTIQUES DU TROUBLE ANXIÉTÉ SOCIALE ET DE LA PERSONNALITÉ ÉVITANTE SELON LE DSM-5    Le terme « anxiété sociale » est généralement utilisé en psychologie ou en psychiatrie pour désigner trois types d’anxiété générés par des situations sociales :

  • La timidité,
  • Le Trouble Anxiété sociale
  • La Personnalité « évitante ».

Même s’il n’existe pas d’unanimité à ce sujet, on place souvent ces trois entités allant de la forme la plus légère, la timidité légère, jusqu’à la forme la plus grave, la Personnalité évitante.                                                                                                      Ces trois entités peuvent être décrites de la façon suivante :

  • La timidité n’est pas considérée comme un trouble psychiatrique. Elle s’applique aux cas où l’anxiété sociale reste légère et apparaît uniquement dans certaines situations sociales. Elle est plutôt perçue comme un trait de caractère qui conduit les personnes timides à se tenir en retrait, à éviter de se mettre en avant ou de prendre des initiatives.
  • Ce comportement d’inhibition sociale s’exprime surtout avec des inconnus. Lorsque l’interlocuteur est rassurant ou familier, les timides retrouvent leurs capacités et se comportent avec plus d’aisance.                                                                        Le Trouble anxiété sociale est un trouble psychiatrique qui se définit comme une forme intense et invalidante d’anxiété sociale se manifestant par une peur intense et incontrôlable, déclenchée par certaines situations sociales angoissantes.

Celui qui en est atteint redoute ces situations et développe de nombreuses stratégies pour les éviter. Progressivement, il organise sa vie pour ne plus leur être confronté.                                                                                                                                 – La Personnalité « évitante » est une manière d’être caractérisée par une timidité majeure où l’élément important est la peur d’être jugé négativement par les autres. Ces personnes sont susceptibles, méfiantes et réticentes à s’impliquer dans une relation à moins d’être certaines d’être aimées ; elles sont souvent solitaires et évitent les contacts sociaux de peur d’être critiquées.   LES FACTEURS PRÉDISPOSANTS                                                                                                                                                  Il existe deux principaux facteurs ou groupes de facteurs pré-disposants dans le Trouble anxiété sociale.

  1. Une vulnérabilité biologique réelle se manifestant plus spécifiquement de deux façons : a. Une sensibilité exagérée à l’observation et à l’évaluation par autrui. Cette sensibilité serait possiblement d’origine *phylogénétique.
  2. Une hyperréactivité du système nerveux autonome sympathique expliquant la rapidité et l’intensité des symptômes physiologiques suite à la survenue de stresseurs mineurs.
  3. Des influences environnementales diverses, entre autres :
  4. Parentales : des parents surprotecteurs ou qui sont eux-mêmes évitants et qui donnent l’exemple de comportements évitants.
  5. Sociétales : certaines sociétés comme la société japonaise accordent plus d’importance à l’opinion d’autrui que d’autres. *La phylogénie correspond à l’étude des liens existant entre espèces apparentées. Grâce à elle, il est possible de retracer les principales étapes de l’évolution des organismes depuis un ancêtre commun et ainsi de classifier plus précisément les relations de parentés entre les êtres vivants.                                                                                                   La combinaison de ces facteurs biologiques et environnementaux amène les anxieux sociaux                                             à développer de multiples croyances dysfonctionnelles pouvant être regroupées autour de deux principaux thèmes :
  6. Un désir exagéré de faire bonne impression face à autrui et d’effectuer des performances sociales quasi parfaites. Les croyances sous-jacentes à ce désir sont du genre : « Pour être heureux et satisfait de moi, j’ai absolument besoin d’être aimé, approuvé et admiré de tous. – Je ne dois jamais montrer de signes de faiblesse. Ma valeur personnelle repose sur l’évaluation d’autrui. »
  7. Une faible estime de soi se manifestant plus particulièrement par l’impression de ne pas être socialement compétent.

– Ce type de croyance peut se manifester par un discours intérieur du genre : « Je suis une personne socialement maladroite… peu intéressante… peu aimable… qui n’a pas grand-chose à dire… qui ne sait pas comment le dire… »                                         – Faible estime de soi et impression de ne pas être socialement compétent sont souvent à l’origine d’un problème d’affirmation de soi.                                                                                                                                                                                    FACTEURS PRÉCIPITANTS                                                                                                                                                               – Malgré son désir exagéré de plaire et sa crainte de ne pas être à la hauteur, l’anxieux social réussit souvent à performer assez bien en société jusqu’au début de l’adolescence.                                                                                                                                – Il est fréquemment un peu timide et réservé mais sans plus, et il peut encore croire en ses capacités d’évoluer normalement en compagnie d’autrui.                                                                                                                                                                              – Mais au moment de l’adolescence, les exigences au niveau des relations interpersonnelles s’accentuent en particulier, suite à l’érotisation des relations entre les garçons et les filles.                                                                                                                      – L’anxieux social subit alors des échecs, parfois subjectivement très traumatisants comme des difficultés à s’exprimer, ou à se comporter devant un groupe, ou une personne de l’autre sexe.                                                                                                          – Il dramatise ces échecs d’autant plus qu’il ressent et manifeste plus qu’un autre les symptômes physiologiques causés par son anxiété : – tremblements, – rougissement, – transpiration ou autres.                                                                                                    – Il en résulte une perte de confiance accrue en ses capacités face aux relations interpersonnelles, une crainte exagérée de revivre les mêmes difficultés et c’est souvent ici que débute véritablement la maladie.                                                        FACTEURS ENTRETENANTS                                                                                                                                                  Rendu à ce point, plusieurs facteurs contribuent à maintenir et à accentuer la symptomatologie :                                       1 Les distorsions cognitives : – Lorsqu’il est en présence d’autrui, l’anxieux social, a tendance à centrer son attention presqu’exclusivement sur ses réactions physiologiques, et sur ses comportements plutôt que sur les réactions et les comportements des personnes qui l’entourent, et il s’intéresse avant tout à sa performance, plutôt qu’à une communication efficace. – Il se prive ainsi d’indices qui lui permettraient de mieux évaluer la situation et il en résulte de multiples distorsions cognitives qui aggravent le problème :                                                                                                                        a. Il personnalise en ce sens qu’il croit être davantage l’objet de l’observation d’autrui qu’il ne l’est en réalité.                                b. S’il présente des symptômes apparents d’anxiété comme des tremblements, un rougissement, de la transpiration ou du bégaiement, il exagère leur importance de même que le degré d’attention que l’entourage leur porte.                                             1 – S’il se croit observé et s’il a l’impression que l’entourage perçoit son malaise, il pense être jugé plus sévèrement qu’on ne pourrait normalement s’y attendre. Cette impression est due surtout à ce qu’on peut appeler un raisonnement «émotionnel», c’est-à-dire basé sur les émotions ressenties plutôt que sur la logique.                                                                                              – Par exemple, s’il se sent anxieux, humilié ou s’il a l’impression d’être jugé sévèrement, l’anxieux social croira que c’est la réalité dans ce sens qu’il pense que son interlocuteur perçoit et prête vraiment attention à son anxiété et le juge très sévèrement, ceci en l’absence de tout signe objectif pouvant l’amener à cette conclusion.                                                                                            – Son raisonnement est donc basé sur ce qu’il ressent subjectivement plutôt que sur ce qui se passe objectivement chez autrui.

2. L’évitement :– Les distorsions cognitives contribuent à accentuer l’anxiété qui, à son tour, augmente les symptômes physiques, au point que ces derniers prennent parfois l’allure de véritables attaques de panique.- L’ensemble de la symptomatologie produit une souffrance intense chez l’anxieux social qui commence à éviter les contacts sociaux à l’origine de cette souffrance.- Il en résulte parfois une profonde altération des relations interpersonnelles pouvant causer un tort considérable à la personne en cause.                                                                                                                                                                       Les comportements sécurisants :– S’il fait quand même face à la situation parce qu’il est volontaire, ou parce qu’il n’a pas le choix, l’anxieux social développe généralement toute une série de stratégies pour diminuer ou camoufler ses symptômes :             – préparer avec minutie les rencontres sociales,                                                                                                                                 – rester silencieux ou parler peu et rapidement si c’est absolument nécessaire,                                                                                 – se tenir légèrement à l’écart pour pouvoir s’éloigner sans être remarqué en cas d’embarras,                                                           – boire et manger le moins possible s’il a peur de trembler, etc.                                                                                                         Ce sont ces stratégies que nous appelons ici « comportements sécurisants ».                                                                          – À court terme, elles procurent un certain soulagement à l’anxieux social parce qu’elles lui permettent d’éviter de faire face à l’objet de sa peur, c’est-à-dire à l’observation et à l’évaluation d’autrui. Elles sont par contre nuisibles à moyen ou à long terme, parce qu’elles accentuent sa croyance en la dangerosité de la situation évitée, ainsi qu’en son incapacité d’y faire adéquatement face.                                                                                                                                                                                                       – Elles présentent également l’inconvénient d’enlever une partie de leur spontanéité aux anxieux sociaux les rendant ainsi plus distants et moins chaleureux vis-à-vis l’entourage, ce qui ne facilite pas leurs relations interpersonnelle.

Renforcements négatifs et examen «post-mortem» : – Lorsque la situation phobogène prend fin, l’anxieux social se sent immédiatement soulagé ce qui constitue un renforcement négatif qui contribue à créer ou à accentuer l’évitement futur.             – Mais il arrive fréquemment par la suite, qu’il se livre à postériori à une sorte d’examen de la situation qu’il vient de vivre (de là son nom de « post-mortem ») dans lequel il scrute à la loupe et juge, sévèrement ses moindres défaillances ou ce qu’il considère comme des défaillances.                                                                                                                                                                      – Cet examen prend la forme de ruminations qui peuvent durer des heures ou parfois même des jours et qui engendrent à elles seules beaucoup de souffrance. Elles contribuent ainsi à accentuer l’anxiété et l’évitement quand des situations semblables se reproduisent.                                                                                                                                                                                         – Cette combinaison des facteurs prédisposants, précipitants et entretenants est responsable de l’apparition, du maintien et de l’accentuation de la symptomatologie chez l’anxieux social.                                                                                                                 – Plus le Trouble anxiété sociale est généralisée, et plus il est combinée à un Trouble de la Personnalité évitante, plus l’atteinte fonctionnelle sera sévère chez celui qui en souffre. Les complications les plus fréquentes, sont la dépression et l’abus d’alcool, ou de médications anxiolytiques, auxquelles l’anxieux social a souvent recours pour soulager son anxiété.